1) Introduction

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle que l’activité physique (AP) « englobe toutes les formes de loisirs actifs, les sports, les déplacements à vélo et à pied, le travail, les activités domestiques et le jardinage. Ce n’est pas seulement de l’exercice ou du sport » (OMS, 2020). L’OMS indique que chaque personne, peu importe son âge, doit être aussi physiquement active que possible. Nous ne reviendrons pas sur tous les bienfaits de l’AP, mais globalement il faut retenir qu’une AP régulière permet de : « modérer l’hypertension artérielle, de maîtriser son poids et de réduire le risque
de cardiopathie, d’accident vasculaire cérébral, de diabète de type 2 et de plusieurs cancers […] l’AP améliore aussi la santé mentale et peut réduire le risque de dépression et de déclin cognitif, retarder la survenue d’une démence et améliorer la sensation générale de bien-être » (OMS, 2020). Ainsi, l’AP permet de lutter contre les comorbidités du COVID-19 (Siordia, 2020).

1.1 Recommandations (OMS, 2020)

Pour les enfants et adolescents de 5 à 17 ans : activité physique modérée à intense au moins 60 minutes par jour, trois fois par semaine.

Des adultes âgés de 18 ans ou plus : activité physique modérée 150 minutes par semaine au total ou avoir une activité physique intense pendant 75 minutes au cours de la semaine.

Pour les personnes âgées : activité physique modérée 150 minutes par semaine étalée sur 3 jours par semaine.


1.2 Comment rester actif à domicile (OMS, 2020)

Idées générales :

  • Essayez de ne pas rester assis trop longtemps
  • Faites en sorte d’intégrer l’activité physique dans votre routine quotidienne
  • Faites une activité physique avec votre famille et vos amis
  • Fixez des objectifs pour vous-même et pour votre famille

    1.3 Comment ne pas prendre de risque pendant la pandémie de COVID-19 ? (OMS, 2020)

    Principes :
  • En cas de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires, ne faites pas d’exercice et appelez votre médecin
  • Si vous pouvez aller marcher ou faire du vélo
  • Tenez-vous toujours à distance des autres personnes et lavez-vous les mains au savon et/ou au gel hydroalcoolique
  • Si vous n’avez pas une activité physique régulière, commencez en douceur par des activités peu intenses
  • Choisissez une activité qui vous plaît, mais adaptée pour réduire le risque de traumatisme

    2) Que dit la science ?

    2.1 Effet de l’AP sur la réponse immunitaire, recommandations en période de pandémie

    Il semblerait que l’exercice d’intensité modérée réduise l’inflammation et améliore la réponse immunitaire aux infections virales respiratoires (Martin et al., 2009), c’est pourquoi da Silveira et al., (2020) se sont demandé si l’activité physique permettait d’aider le système immunitaire face au COVID-19 (da Silveira et al., 2020).

    Selon da Silveira et al., (2020) (traduction française du résumé tronqué de l’article) : « La réponse immunitaire au COVID-19 dépend de facteurs tels que la génétique, l’âge et l’état physique […]. La pratique d’exercices physiques agit comme un modulateur du système immunitaire. Pendant et après l’exercice physique, des cytokines pro et anti-inflammatoires sont libérées, la circulation lymphocytaire augmente, ainsi que le recrutement cellulaire. Une telle pratique a un effet sur l’incidence, l’intensité des symptômes et la mortalité plus faible dans les infections virales observées chez les personnes qui pratiquent une activité physique régulièrement […]. La pratique d’activités physiques renforce le système immunitaire, suggérant un bénéfice dans la réponse aux maladies virales transmissibles. Ainsi, une pratique régulière d’intensité adéquate est suggérée comme outil auxiliaire pour renforcer et préparer le système immunitaire au COVID-19. Des études supplémentaires sont nécessaires pour associer l’exercice physique à l’infection par le SRAS-CoV-2. »

    Chez les personnes âgées, da Silveira et al., (2020) précisent que l’AP est essentielle en ces temps de COVID-19 pour lutter contre les comorbidités du COVID-19 qui sont plus présentes dans cette population (da Silveira et al., 2020). Les auteurs indiquent dans leur conclusion que l’AP régulière doit être maintenue tout en respectant les mesures d’hygiène. Woods et al., (2020) indiquent qu’en cas de course ou de déplacement dans une pièce, l’espace nécessaire entre participants est de 5 à 20 mètres. Les auteurs indiquent également que l’AP entraine une augmentation de la respiration et que la « bulle de sécurité » de 2m autour de chaque personne peut ne pas être suffisante (Woods et al., 2020) (il faut donc éviter les expirations forcées et les exercices intenses pendant nos séances d’APA ?). Ainsi, les bienfaits de l’AP modérée pourraient être utiles face au COVID-19, mais cela reste hypothétique comme indiqué par Woods et al., (2020) (Woods et al., 2020). Lorsqu’une personne présente des symptômes du COVID-19 il faut arrêter l’activité physique et la reprendre avec une intensité réduite après la guérison (en cas d’infection avérée).

    2.2 Spécifiquement chez les personnes âgées

    Le confinement a été très efficace pour réduire la diffusion du virus, mais il peut avoir eu des effets indésirables tels que l’inactivité physique des personnes âgées, l’AP a donc un rôle à jouer pour maintenir les personnes âgées à un bon niveau de santé (Jiménez-Pavón et al., 2020). De plus, il a été montré que le confinement a entrainé des effets psychologiques négatifs avec l’augmentation des syndromes de stress post-traumatique, une augmentation de la confusion et de l’irritabilité (Brooks et al., 2020). Selon Jiménez-Pavón et al., (2020) « il est très important de ne pas interrompre ou de modifier totalement le mode de vie des personnes pendant la quarantaine et de maintenir un mode de vie actif à la maison pour la santé de l’ensemble de la population, mais surtout pour les personnes présentant des facteurs de risque supplémentaires et les personnes âgées » (Jiménez-Pavón et al., 2020).

    Programme d’AP : (Jiménez-Pavón et al., 2020)
  • Modalité : à composante multiple → entrainement aérobie, renforcement musculaire, équilibre, coordination, mobilité et entrainement cognitif.
  • Fréquence : 5 fois par semaine (voire 7 en période de confinement).
  • Volume : 150 à 300 minutes par semaine et jusqu’à 400 minutes en période de confinement, 2 à 3 séances de renforcement, mobilité à chaque séance, coordination et équilibre distribué sur
    la semaine.
  • Intensité : modérée (intensité élevée peu diminuer les défenses immunitaires) donc 40 à 60% de la fréquence cardiaque de réserve (ou 65-75% de la fréquence cardiaque maximale)

    2.3 Bienfaits de l’AP sur la santé mentale en période de pandémie

    Une étude menée en Italie sur 2524 personnes a montré que l’inactivité physique pendant le confinement a eu un impact négatif fort sur la santé psychologique et sur le bien-être des personnes (Maugeri et al., 2020). Selon les auteurs, le maintien d’une activité physique régulière est une stratégie préventive importante pour maintenir la santé mentale pendant les périodes de repos forcé (Maugeri et al., 2020). Une autre étude menée en Amérique du Nord sur 1046 personnes de plus de 50 ans a montré que l’AP même légère permet de diminuer l’impact négatif de l’isolement lié au COVID-19 sur la santé mentale des participants (Callow et al., 2020).


    3) Bibliographie

    Brooks, S. K., Webster, R. K., Smith, L. E., Woodland, L., Wessely, S., Greenberg, N., & Rubin, G. J. (2020). The psychological impact of quarantine and how to reduce it: rapid review of the evidence.
    The Lancet, 395(10227), 912–920.
    https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30460-8

    Callow, D. D., Arnold-Nedimala, N. A., Jordan, L. S., Pena, G. S., Won, J., Woodard, J. L., & Smith, J.C. (2020). The Mental Health Benefits of Physical Activity in Older Adults Survive the COVID19 Pandemic. American Journal of Geriatric Psychiatry, 28(10), 1046–1057.
    https://doi.org/10.1016/j.jagp.2020.06.024

    da Silveira, M. P., da Silva Fagundes, K. K., Bizuti, M. R., Starck, É., Rossi, R. C., & de Resende e Silva, D. T. (2020). Physical exercise as a tool to help the immune system against COVID-19: an integrative review of the current literature. Clinical and Experimental Medicine, 2019(0123456789).
    https://doi.org/10.1007/s10238-020-00650-3

    Jiménez-Pavón, D., Carbonell-Baeza, A., & Lavie, C. J. (2020). Physical exercise as therapy to fight against the mental and physical consequences of COVID-19 quarantine: Special focus in older people. Progress in Cardiovascular Diseases, 63(3), 386–388.
    https://doi.org/10.1016/j.pcad.2020.03.009

    Martin, S. A., Pence, B. D., & Woods, J. A. (2009). Exercise and respiratory tract viral infections. Exercise and Sport Sciences Reviews, 37(4), 157–164.
    https://doi.org/10.1097/JES.0b013e3181b7b57b

    Maugeri, G., Castrogiovanni, P., Battaglia, G., Pippi, R., D’Agata, V., Palma, A., Di Rosa, M., & Musumeci, G. (2020). The impact of physical activity on psychological health during Covid-19 pandemic in Italy. Heliyon, 6(6), e04315.
    https://doi.org/10.1016/j.heliyon.2020.e04315

    OMS. (2020). Ayez une activité physique pendant la pandémie de COVID-19.
    https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answershub/q-a-detail/be-active-during-covid-19

    Siordia, J. A. (2020). Epidemiology and clinical features of COVID-19: A review of current literature. Journal of Clinical Virology, 127(April), 104357.
    https://doi.org/10.1016/j.jcv.2020.104357

    Woods, J. A., Hutchinson, N. T., Powers, S. K., Roberts, W. O., Gomez-Cabrera, M. C., Radak, Z., Berkes, I., Boros, A., Boldogh, I., Leeuwenburgh, C., Coelho-Júnior, H. J., Marzetti, E., Cheng, Y., Liu, J., Durstine, J. L., Sun, J., & Ji, L. L. (2020). The COVID-19 pandemic and physical activity. Sports Medicine and Health Science, 2(2), 55–64.
    https://doi.org/10.1016/j.smhs.2020.05.006

Partager cet article